M. Colloghan

mardi 22 avril 2014

Forum migrants Maghreb-Machrek : Appel de Monastir

 Sous le cri «  Nos enfants où sont-ils ? »  la 3 ème édition du Forum migrants Maghreb-Machrek a été inaugurée les 18, 19 et 20 avril 2014 à Monastir.

Ce cri résume à lui seul  la détresse des familles face à l’un des grands drames  des temps modernes, celui de la disparition de milliers de jeunes  dans la méditerranée et dans le désert. La méditerranée l’un des berceaux de la civilisation mondiale s’est transformée en plein 21 ème siècle et sous nos yeux en un gigantesque cimetière marin. Cette hémorragie humaine n’est pas le fait du hasard. Elle est la résultante des politiques migratoires menées par l’Europe avec la complicité des Etats et des gouvernements  du sud de la méditerranée. Une politique sécuritaire inhumaine qui a érigé des murs visibles et invisibles au lieu de construire des ponts entre les peuples des deux rives de la méditerranée.

samedi 19 avril 2014

Campagne sur les gaz et huiles de schiste en Argentine

France – Argentine, terres de schiste ?
Présentation de la tournée européenne

Les Amis de la Terre France organisent du 13 au 31 mai 2014 une tournée européenne pour présenter leur nouveau documentaire et leur nouveau rapport sur la résistance au développement des gaz et huiles de schiste en Argentine. Cette tournée sera aussi l'occasion d'activités de plaidoyer et d'échanges d'expériences entre les militants argentins et européens (France, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque, Hongrie, Espagne).

Le documentaire Terres de schiste, produit par les Amis de la Terre France, a été réalisé par Grégory Lassalle. Il témoigne de la nouvelle ruée vers les hydrocarbures non conventionnels, à Neuquén, en Patagonie argentine, et des résistances citoyennes à ces projets menés par différentes multinationales, telles que Total, Chevron et Apache. Les premiers impacts sociaux et environnementaux sont déjà visibles : accaparement de terres de communautés Mapuche, puits au sein d'une aire naturelle protégée, absence de consultation des populations et répression etc.

mercredi 9 avril 2014

3e Foire à l’autogestion à Montreuil

La crise économique et financière qui ébranle le monde est aussi une crise de civilisation, face à laquelle les réponses habituelles, néolibérales comme étatistes, sont impuissantes. L’autogestion peut constituer une alternative. Comme chaque année depuis 2012, elle sera au centre d’un événement festif et populaire le week-end des 28 et 29 juin : la Foire à l’autogestion.

Cultura en defensa de Bauen


En solidaridad con la lucha de los trabajadores del hotel BAUEN, se realizará el 15 y 16 de abril la Feria del Libro Social y Político en el edificio del centro porteño autogestionado desde hace más de 11 años. 
En ese marco, la editorial Arturo Peña Lillo y Ediciones Continente lanzarán los tres primeros libros de la Biblioteca Economía de los Trabajadores, una colección producida íntegramente en empresas recuperadas y cooperativas.Los libros que se presentan analizan el proceso de autogestión conocido como empresas recuperadas por sus trabajadores en Argentina y en otros países de América Latina y el mundo, junto con otros movimientos ligados al cooperativismo y a la relación entre la crisis global, el trabajo informal y precario y las luchas actuales de la clase trabajadora. Dos de los libros son  compilaciones de trabajos presentados al Encuentro Internacional “La Economía de los Trabajadores” y sus autores provienen de Argentina, Brasil, México, Uruguay, España, Sudáfrica, Cuba, Colombia y Puerto Rico. El restante condensa 12 años de investigación y trabajo con empresas recuperadas de su autor, Andrés Ruggeri, director del Programa Facultad Abierta de la UBA.
Títulos: 

samedi 5 avril 2014

Mobilisation internationale de solidarité avec les travailleurs de Bauen les 15 et 16 avril 2014



Les travailleurs de l'entreprise récupérée de l’Hôtel Bauen ont reçu un nouvel avis d'expulsion ces derniers jours. L'Hôtel Bauen est l'une des entreprises récupérées les plus emblématiques d'Argentine, avec 130 travailleurs qui le vendredi 21 Mars ont fêté leur 11 ans d'autogestion. Or le jour même de cet anniversaire, ils ont reçu l'avis d'expulsion du juge Paula Hualde.


Cette étape est la dernière de la procédure judiciaire car tous les recours possibles sont épuisés. Les travailleurs, appuyés par les organisations et les mouvements qui les soutiennent, appellent donc à résister à l'expulsion pour pouvoir ouvrir une instance de négociations qui conduise à une solution politique définitive en faveur du contrôle ouvrier de l'hôtel. En effet, les anciens patrons ont construit l'hôtel avec un prêt de l'Etat argentin, consenti par la dictature militaire. Ils n'en ont jamais remboursé une seule traite. L'Etat argentin doit aujourd'hui effacer cette dette et transférer la propriété de l'hôtel aux travailleurs.

samedi 29 mars 2014

Succès pour la conférence de Raoul-Marc Jennar sur le Grand Marché Transatlantique / TAFTA à Villeneuve de Berg (Ardèche)

Près de 400 participant-e-s ont assisté à la conférence de Raoul-Marc Jennar sur le Grand Marché Transatlantique / TAFTA à Villeneuve de Berg. 

Cette soirée était organisée par le collectif 07 Stop TAFTA, auquel appartiennent le Collectif 07 Stop au gaz de schiste, les faucheurs volontaires, la FRAPPNA 07, le collectif Oui à la transition écologique, la Confédération paysanne, la FSU 0è, Solidaires 07/26, EELV, Ensemble 07 (les Alternatifs, la FASE et la Gauche anticapitaliste), le PCFet le PG 07.

Négociations d'un accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur

Déclaration de la Coordination continentale des mouvements sociaux de l’ALBA – Section Argentine

L’Union européenne et le Mercosur négocient en secret un traité de libre-échange

Avant la nouvelle réunion des équipes de négociateurs

Les mouvements populaires s’opposent au traité de libéralisation commerciale

Face au projet de marché, nous réaffirmons l’ « intégration » à partir des peuples


En novembre 2005, la résistance et la mobilisation des mouvements populaires de « Notre Amérique » (Nuestra América) réussirent à enterrer l’ALCA. Les dirigeants et les peuples latino-américains repoussèrent le diktat de l’Empire consistant à nous soumettre à un espace de « libre-échange » dans les Amériques. Les conséquences ruineuses pour les secteurs populaires de ce « libre-échange » restent aujourd’hui évidentes avec la dégradation des conditions de vie des peuples dans les pays qui signèrent ces traités avec les Etats-Unis.

mercredi 19 mars 2014

Venezuela “El debate hoy es cómo frenar la violenta ofensiva de la derecha neoliberal”

Entrevista al politólogo Franck Gaudichaud

Revista La Llamarada

Venezuela se debate entre los intentos desestabilizadores de la derecha, los límites propios del proceso bolivariano y la posibilidad de que sea la clase trabajadora y el movimiento popular los que hagan avanzar un proyecto no exento de tensiones y contradicciones.
Entrevista a Franck Gaudichaud, miembro del equipo editorial de Rebelión.org, doctor en Ciencia Política y autor de varios libros sobre América Latina, con una investigación -dirigida por Michael Löwy- sobre Poder Popular y Cordones Industriales bajo el gobierno de Allende en Chile (1970 -1973).

¿Cómo caracterizas la situación actual en Venezuela? ¿Qué es lo que se dirime allí?
Franck Gaudichaud: Como punto de partida, hay que reconocer que estamos en medio de una tremenda guerra mediática global en contra del proceso bolivariano. Por eso es fundamental crear espacios de contrainformación. Para comenzar, frente a tanta desinformación, hay que volver a subrayar que el proceso bolivariano es un proceso de largo plazo de amplias conquistas sociales (salud, educación, reducción de la desigualad), democratización (nueva Constitución), de creciente empoderamiento e inclusión política de las clases populares, en una relación muy tensa con el líder carismático que ha sido Chávez. También que este proceso ha sido clave en la constitución de nuevas soberanías nacional-populares y en la creación del ALBA, UNASUR y CELAC. Así que un importante retroceso en Venezuela y el regreso del neoliberalismo en ese país tendrían importantes e inmediatos efectos colaterales en toda la región. Todo esto parece obvio, pero es indispensable subrayar lo esencial y las relaciones de fuerzas geopolíticas en momentos en que los medios de comunicación dominantes -y la oposición venezolana- hablan de “dictadura castro-comunista” y de “genocidio en Venezuela…

dimanche 9 mars 2014

Nouvelle offensive de la droite extrême au Venezuela

Par Richard Neuville

Un an après la mort d’Hugo Chávez, la situation politique reste fortement polarisée au Venezuela. Dans un contexte économique très tendu, l’absence de remèdes aux problèmes d’insécurité et de corruption continue de peser sur la société. Malgré une légitimé démocratique incontestable, le gouvernement renonce à engager un approfondissement du processus et s’expose ainsi aux offensives de la droite.

C’est le cas depuis le 12 février, le gouvernement bolivarien est confronté à une nouvelle tentative de déstabilisation politique, dirigée par un secteur radical de l’opposition, le parti Volonté populaire, étroitement lié au Tea Party, à l’opposition colombienne et à des groupes paramilitaires en relation avec Alvaro Uribe (ancien président de la Colombie).

Elections colombiennes : un climat d’insécurité permanent pour les militants des droits et de l’opposition

Communiqué de France Amérique Latine

En cette période électorale, les attaques envers des représentants politiques de l’opposition sont quotidiennes, et croissantes à mesure que s’approche le scrutin. Les élections du Congrès et du Parlement Andin prévues en mars 2014 et les élections présidentielles qui suivront en mai sont soumises à une énorme pression où la prudence habituelle fait place à l’anxiété chez les leaders politiques comme chez les défenseurs des Droits de l’Homme.

Les départements à fort risque en raison de violences généralisées sont le Chocó, Norte Cauca et Bajo Cauca, Meta, Tolima, Antioquia, Putumayo, Caquetá, Guajira, Cesar, Norte de Santander et Arauca.


dimanche 16 février 2014

Manifeste : 10 années d’occupation de l’usine Flaskô (Brésil)

Le 12 juin 2003, nous, les travailleurs de Flaskô, avons décidé de prendre notre avenir en main, nous avons décidé de changer le destin que le capitalisme et les patrons nous imposent. Nous avons décidé de récupérer l'usine et de la mettre sous contrôle ouvrier. Pendant dix ans, nous avons lutté en défendant le mot d'ordre d’ « usine en faillite, usine occupée » et l’usine occupée aurait dû être nationalisée et mise sous le contrôle des travailleurs.