M. Colloghan

lundi 8 février 2010

Etat espagnol : Forum social Catalan

Richard Neuville
06/02/2010
Les 30 et 31 janvier deniers, à l’occasion du 10è anniversaire du forum social mondial (FSM), deux forums sociaux étaient organisés simultanément au sein de l’Etat espagnol, à Barcelone et à Madrid. Pour les mouvements sociaux, ces deux événements revêtaient une importance particulière car ils coïncidaient avec le début de la présidence de l’Union européenne par le gouvernement espagnol mais également avec l’annonce des chiffres catastrophiques du chômage pour l’année 2009 et la décision de José Luis Rodríguez Zapatero, chef du gouvernement, de porter l’âge de la retraite à 67 ans. Les deux forums ont été précédés de manifestations contre le chômage et la précarité et pour une répartition du travail et de la richesse le jeudi 28 janvier à l’occasion de la réunion des ministres du travail de l’Union européenne.

Les deux forums ont rassemblé chacun 3 000 personnes. J’ai assisté pour ma part au Forum social Catalan (FSCat) qui se tenait dans l’édifice historique de l’université de Barcelone.

Il s’agissait de la deuxième édition, la première s’était déroulée en janvier 2008 à l’occasion du premier FSM décentralisé. Le FSCat régional a été précédé par les forums locaux de Baix Montseny, Gérone, Tarragone et de l’Hortà Guinardo (Barcelone) le week-end précédent. Le comité d’organisation était largement plus étoffé et plus divers que le noyau qui avait organisé le FS méditerranéen (FSMed) en juin 2005. Plus de deux cents organisations ont participé à sa préparation et co-organisaient des activités. Parmi elles : des associations (ATTAC, etc.), de solidarité avec les étrangers, de chômeurs, écologistes (Ecologistes en Acció), d’étudiants, d’habitants ; des athénées populaires, des fondations (Andreu Nin, etc.), des ONG, des libertaires (Fórum Ecologista de Sintesi Llibertària, etc.), des organisations politiques comme Revolta Global et l’Association pour le socialisme du XXIe siècle, des réseaux de l’économie solidaire, de solidarité internationale (Colombie, Palestine, etc.) et féministes (Marche mondial des femmes, etc.) et principalement les organisations de la gauche syndicale (Intersindical Alternativa de Catalunya, Co.Bas, Fédération de la métallurgie de la CGT, etc.) véritables maîtres d’œuvre du forum.
Le programme proposait une centaine d’ateliers et de conférences de grande qualité : de la crise alimentaire au droit à l’avortement en passant par le coopérativisme autogéré, les alternatives en Amérique latine, la crise de l’eau en Catalogne, les alternatives au nucléaire, la sexualité, l’immigration, la lutte contre le chômage et la précarité, l’urgence climatique et la justice sociale, la crise de la démocratie, les privatisations,l’éducation dans un monde en crise, l’éco socialisme, la non-violence, la décroissance, le Tribunal Russel pour les crimes de guerre en Palestine et la guerre en Afghanistan.
Pour Esther Vivas (Revolta Global) : « Dans une période de renforcement des politiques néolibérales, de difficultés pour contrer et inverser cette logique et transformer le malaise social face à la crise en mobilisation collective, le FSCat a démontré que le fait de se rencontrer, de débattre et d’envisager des alternatives était une nécessité indispensable ».
Pour sa part, Luis Blanco (Intersindical Alternativa de Catalunya), porte-parole du FSCat, se montrait satisfait de la participation et attendait beaucoup de l’Assemblée des mouvements sociaux du lendemain. Il insistait auprès de moi sur la nécessité de mobiliser le mouvement altermondialiste français pour réussir le contre-sommet Euro Méditerranée en juin prochain. La tâche s’annonce ardue compte tenu des nombreux rendez-vous internationaux à cette période.

L’Assemblée des mouvements sociaux a regroupé trois cents personnes. Elle a adopté un calendrier de mobilisations pour le premier semestre 2010 qui correspond à la présidence espagnole de l’Union européenne. Il s’agira notamment de lutter contre les décisions découlant du Traité de Lisbonne, contre l’Europe du capital, la crise et la guerre. Les mobilisations seront axées contre le chômage et la précarité, qui ont atteint des taux record dans l’Etat espagnol et en Catalogne (Marche de chômeurs en avril), pour la souveraineté alimentaire (17 avril) et pour le droit à l’avortement libre et gratuit (les 7 et 8 mars). Il y aura surtout deux temps forts à l’occasion des sommets Union européenne / Amérique latine du 14 au 16 mai à Madrid (avec le réseau international Enlazandos Alternativas qui prépare activement la 4è édition) et Euro Méditerranée du 4 au 7 juin à Barcelone.
Le forum a conclu ses travaux en réaffirmant qu’il est un espace incontournable de rencontre et de référence des mouvements sociaux catalans. Après avoir gagné la bataille de la légitimité, dans un contexte de crises multiples (économique, écologique, climatique et alimentaire), le mouvement altermondialiste doit gagner celui des idées et convaincre que le système peut se changer, qu’il est possible d’obtenir des victoires et qu’il n’est pas trop pour y parvenir.

Richard Neuville
06/02/2010

Aucun commentaire:

Publier un commentaire