M. Colloghan

samedi 29 mars 2014

Négociations d'un accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur

Déclaration de la Coordination continentale des mouvements sociaux de l’ALBA – Section Argentine

L’Union européenne et le Mercosur négocient en secret un traité de libre-échange

Avant la nouvelle réunion des équipes de négociateurs

Les mouvements populaires s’opposent au traité de libéralisation commerciale

Face au projet de marché, nous réaffirmons l’ « intégration » à partir des peuples

En novembre 2005, la résistance et la mobilisation des mouvements populaires de « Notre Amérique » (Nuestra América) réussirent à enterrer l’ALCA. Les dirigeants et les peuples latino-américains repoussèrent le diktat de l’Empire consistant à nous soumettre à un espace de « libre-échange » dans les Amériques. Les conséquences ruineuses pour les secteurs populaires de ce « libre-échange » restent aujourd’hui évidentes avec la dégradation des conditions de vie des peuples dans les pays qui signèrent ces traités avec les Etats-Unis.


Huit ans après, nous voyons avec préoccupation les tentatives de recréer un nouvel ALCA avec les négociations d’un Traité de libre échange entre les pays du Mercosur et l’Union européenne qui auront lieu aujourd’hui (21 mars) lors d’une nouvelle réunion à Bruxelles. Face à cette situation, les mouvements populaires signataires ci-dessous :

Dénoncent que ces négociations se réalisent de manière secrète et confidentielle, sans information officielle sur les questions et propositions en débat, et exigent qu’elles soient publiques. L’ensemble de la population a le droit de connaître et de discuter les conséquences de cet accord commercial.

Exhortent également les gouvernements des pays du Mercosur et les autorités de ce bloc régional à garantir des processus de consultation avec les organisations populaires et l’ensemble de la population.

Alertent sur le fait que ce traité risque d’accroître la dépendance de l’Argentine et de la région vis-à-vis d’une intégration basée sur l’exportation de matières premières et l’importation de produits industriels européens.

En plus, il aura comme conséquence le démantèlement des systèmes de protection sociale et réduira les capacités d’intervention de l’Etat et publique en faveur des peuples et d’un projet de pays et de région alternatif.

Nous ne permettrons pas la promotion d’investissements européens qui cherchent à transférer dans nos pays les activités extractivistes et polluantes, dévastatrices pour les peuples et la « Terre Mère » (Madre Tierra), dans le but de contourner les régulations environnementales existantes dans leur continent.

Un tel accord renforcera surement la subordination de l’Argentine et de la région aux diktats du CIADI* et aux organismes financiers internationaux. Nous proposons que les gouvernements du Mercosur suivent l’exemple de la République bolivarienne du Venezuela qui s’est retiré de cet organisme international en 2012 en mettant en cause sa légitimité en tant qu’arbitre « impartial » global dans le domaine commercial.

Parce que l’intégration dont ont besoin nos peuples doit être basée sur la solidarité, la justice et la réciprocité et non dans le « libre-échange », nous invitons à renforcer ce débat et la mobilisation face à l’avancée de ce traité et des autres initiatives de libéralisation commerciale en cours.
  • Information immédiate et large sur les termes des négociations en cours. Convocation à un débat public et démocratique sur les conséquences économiques, sociales, environnementales et culturelles de ces négociations.
  • Solidarité avec les mouvements sociaux européens qui résistent à l’accord.
  • Non au traité de libre échange entre l’Union européenne et le Mercosur. Non à la militarisation de notre continent promue par les puissances impériales.
  • Oui à l’intégration des peuples basée sur les principes d’égalité, de solidarité, de réciprocité, de complémentarité et défense de la « Terre-Mère ». Pour la défense de nos biens communs sociaux, naturels et de nos territoires. Pour la défense des souverainetés populaires et de la souveraineté alimentaire des peuples de Notre Amérique.
Coordination continentale des mouvements sociaux de l’ALBA –
Section Argentine (Le 21 mars 2014)

* NdT : Les expressions de « Nuestra América », « integración », « Madre Tierra » correspondent à des notions bien spécifiques en Amérique latine.

MERCOSUR : Marché du Cône Sud, il regroupe l’Argentine, le Brésil, le Paraguay (actuellement suspendu), l’Uruguay et le Venezuela. La Bolivie a signé son adhésion en 2012 mais elle n’est pas encore ratifiée par certains pays. 

ALCA (FTAA en anglais – ZLEA en français) : Zone de libre-échange des Amériques impulsée par les Etats-Unis et faisant suite à l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) a été mis en échec en 2005 suite à la mobilisation des mouvements sociaux et le refus de certains dirigeants : Hugo Chávez, Nestor Kirchner et Lula.


ALBA ‘Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique) : Créé en avril 2005, elle regroupe le Venezuela (pays initiateur), Cuba, la Bolivie, la Dominique, le Nicaragua, l’Equateur, Saint-Vincent et les Grenadines, Antigua et Barbuda. Le Hondura

CIADI : Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements.
Le centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements a été créé par la convention de Washington du 18 mars 1965.

Traduction Richard Neuville


La Unión Europea y el Mercosur negocian en secreto un tratado de libre comercio

Ante la nueva reunión de los equipos negociadores

Los movimientos populares decimos NO al tratado de liberalización comercial Frente al proyecto de mercado reafirmamos la integración desde los pueblos

En noviembre de 2005 la resistencia y movilización de los movimientos populares de Nuestra América logró enterrar el ALCA. Los mandatarios y pueblos latinoamericanos rechazamos las órdenes del imperio de someternos a un área de “libre comercio” en las Américas. Las ruinosas consecuencias para los sectores populares de ese “libre comercio” hoy quedan en evidencia con la degradación de las condiciones de vida de los pueblos en aquellos países que firmaron estos tratados con Estados Unidos.

8 años después, vemos con preocupación los intentos de recrear un nuevo ALCA con las negociaciones de un Tratado comercial entre los países del MERCOSUR y la UNION EUROPEA que tendrán hoy 21/3 una nueva reunión en Bruselas. Ante ello, los movimientos populares abajo firmantes:

Denunciamos que estas negociaciones se realizan de forma secreta y confidencial, sin información oficial sobre las cuestiones y propuestas en debate, y exigimos que se hagan públicas. Toda la población tiene derecho a conocer y discutir las consecuencias de este acuerdo comercial.

Instamos también a los gobiernos de los países del Mercosur y a las autoridades de este bloque regional a garantizar los procesos de consulta con las organizaciones populares y el conjunto de la población.

Alertamos que este tratado amenaza con profundizar la dependencia de Argentina y la región con una integración basada en la exportación de bienes primarios y la importación de productos industriales europeos.

Además tendrá como consecuencia el desmantelamiento de los sistemas de protección social y laboral y reducirá las capacidades de intervención estatal y pública en favor de los pueblos y de un proyecto de país y de región alternativo.
No permitiremos que se promocionen inversiones europeas que buscan transferir a nuestros países emprendimientos extractivistas y contaminantes, devastadores de los pueblos y la Madre Tierra, con el efecto de eludir las regulaciones ambientales existentes en su continente.

Un acuerdo así seguramente profundizará la subordinación de Argentina y de la región a los dictados del CIADI y los organismos financieros internacionales. Proponemos que los gobiernos del Mercosur sigan el ejemplo de la República Bolivariana de Venezuela que en 2012 se retiró de dicho organismo internacional y cuestionó su legitimidad como árbitro “imparcial” global en temas comerciales.

Porque la integración que necesitan nuestros pueblos debe basarse en la solidaridad, la justicia y la reciprocidad y no en el “libre comercio”; convocamos a ampliar este debate y organización frente al avance de este tratado y del resto de las iniciativas de liberalización comercial en marcha.
  • Inmediata y amplia publicidad de los términos de las negociaciones en curso. Convocatoria a un debate público y democrático sobre las consecuencias económicas, sociales, ambientales y culturales de dichas negociaciones.
  • Solidaridad con los movimientos sociales europeos que resisten al ajuste.
  • No al tratado de libre comercio entre la Unión Europea y el Mercosur. No a la militarización de nuestro continente promovida por las potencias imperiales.
  • Sí a la integración de los pueblos basada en los principios de igualdad, solidaridad, reciprocidad, complementariedad y defensa de la Madre Tierra. Por la defensa de nuestros bienes comunes sociales, naturales y de nuestros territorios. En defensa de las soberanías populares y de la soberanía alimentaria de los pueblos nuestroamericanos.
ARTICULACIÓN CONTINENTAL DE MOVIMIENTOS SOCIALES DEL ALBA 
– Capítulo Argentina


Aucun commentaire:

Publier un commentaire